26 juin 2022

France-Afrique tend vers sa fin ?

Depuis quelques années, nous assistons à l’émergence de quelques jeunes Africains qui mènent une lutte implacable contre la politique néocolonialiste Française en Afrique. Une figure emblématique très connue de cette lutte est le franco-béninois, Kemi Séba, qui par ses prises de position a été chassé de la France et du Sénégal. Adama Ben Diarra dit Ben le cerveau est également très connu dans cette lutte. Les discours tenus par ces jeunes Africains qui tendent à l’éveil des consciences africaines ne finiront-ils pas par sonner le glas de la France-Afrique ?

Avec les jeunes africains actuels la France-Afrique tend vers la fin.

 

Adama Ben Diarra a appelé les militaires panafricains à prendre leur responsabilité. Son ambition est le divorce total entre la France et l’Afrique. Ils nombreux aujourd’hui, les jeunes Maliens à réclamer une séparation totale avec la France. Cette dynamique est très présente chez des jeunes  panafricanistes, Sénégalais, Guinéens, burkinabés, ivoiriens et nigériens qui n’ont pas hésité à braver le soleil, la faim et la soif pour venir témoigner leur sympathie au colonel Assimi Goïta qu’ils considèrent  comme le libérateur de l’Afrique. Très certains d’une fin proche de la France-Afrique, ces jeunes panafricanistes mettent en garde les dirigeants Africains pro-français contre la colère du peuple. Sur la page e Facebook de Kemi Séba, on voit écrit, «Nous avons le pouvoir de faire tomber n’importe quel président africain soumis à la France néocoloniale, et ces marionnettes africaines en question le savent très bien. Nous conseillons aux présidents afros-francophones- d’adopter une ligne souverainiste claire, et de laisser la FRANÇAFRIQUE mourir d’elle-même. Dans le cas contraire, vous serez sur un siège éjectable. IBK, Roch Marc Kabore, et Alpha Condé devraient rappeler à tout un chacun qu’il suffit d’une petite ingénierie sociale pour que les plus puissants et arrogants des dirigeants pro-français tombent. Ne vous trompez plus, vous n’avez plus le pouvoir. Nous l’avons. Nous savons comment parler au peuple. Vous non.»

Et Kemi Seba précise à la France, « France néocoloniale, tu ne nous avais pas vu venir, mais désormais tu dois faire face à nous. Nous sommes bien plus audibles que toi sur le continent africain, et tu le sais pertinemment. Vous, les tenants de cette oligarchie néocoloniale, pensiez qu’il vous suffisait de continuer à corrompre nos présidents africains pour acheter leur silence, afin que vous puissiez piller nos matières premières dans le plus grand des calmes. Cette période est révolue. Votre élite a saigné nos aïeux, mais nous sommes la facture de ces derniers. »

Pour Kemi Seba, la France colonialiste doit restituer ce qu’elle a volé en Afrique «Ce que vous avez pillé d’hier à aujourd’hui, vous devrez d’une façon ou d’une autre le rendre, et plier bagage car aucun peuple digne sur terre ne peut accepter que l’on vole les richesses de ses sols impunément. Quant à vos relais parmi nous qui aiment plus le NEOCOLONIALISME français que le NEOCOLONIALISME ne s’aime lui-même, soyez rassurés, nous allons nous occuper d’eux aussi. Car comme nous le disons souvent, une civilisation n’est détruite par l’extérieur que si elle est rongée de l’intérieur. »Reçu par le colonel Assimi Goïta, Kemi Seba déclare ; « Réunion profonde, fraternelle, et productive, avec le président malien, qui soutient pleinement le travail politique aux 4 coins du monde. De même que le Che a répandu partout où il le pouvait la révolution socialiste portée institutionnellement par le Cuba de Fidel Castro, nous répandons et répandrons partout en Afrique et dans sa diaspora, la révolution panafricaniste portée institutionnellement par le Mali du président Goita.»

 

Amadou Sala Touré