14 août 2022

Mali-L’ONG-PACINDHA : Porte la lutte contre les violences basées sur le genre

Mali-L’ONG-PACINDHA : Porte la lutte contre les violences basées sur le genre

Dans le cadre de la lutte contre les violences basées sur le genre et l’élimination de toutes les formes de violence à l’égard des femmes et des filles dans le monde .Le Pôle des Actions d’intégration des Droits Humains en Afrique « PACINDHA » en partenariat avec Initiative Spotlight a organisé une conférence de presse pour l’amélioration du cadre législatif et politique sur les violences basées sur le genre et les pratiques néfastes. C’était ce jeudi 29 octobre 2020 à la Maison de la presse ,animée par le président Amadou Konaté.

Ce projet est dotée d’une enveloppe financière initiale de 500 millions d’euros, il couvre 23 pays dans les régions d’Afrique, d’Asie, des Caraïbes, d’Amérique latine et du Pacifique. Au Mali, Spotlight a pour vision, une société malienne où les femmes et les filles vivent sans subir une quelconque forme de violences basées sur le genre et jouissent de leur droit à la santé reproductive. Il a également pour ambition d’assurer une prise en charge holistique des survivants des VBG en mettant un accent particulier sur les besoins spécifiques des groupes de femmes et des filles exposés à des multiples formes de discriminations croisées.

Selon le président Amadou Konaté que , la première phase de Spotlight, allant de 2018 à 2022, est dotée d’un montant initial de 19, 283, 481 USD et mise en œuvre sous le leadership et la responsabilité du Coordinateur Résident du Système des Nations Unies et selon l’esprit de la reforme du système de Développement des Nations Unie « Unis dans l’Action ».

Il ajoutera que la Délégation de l’Union Européenne est impliquée dans toutes les étapes de conception, de gouvernance, de suivi et de visibilité. C’est dans ce contexte que le PACINDHA, à travers ONU-FEMMES a obtenu une subvention pour la mise en oeuvre du Projet d’amélioration du cadre législatif et politique sur les Violences bases sur le genre (VBG) et pratiques néfastes.

Le projet d’amélioration du cadre législatif et politique sur les violences basées sur le genre, les pratiques néfastes et de protection contre le COVID-19 portera sur les activités suivantes: La conception et diffusion des supports de communication adaptés pour les changements de comportements sur les VBG et pratiques néfastes. La vulgarisation des textes nationaux et internationaux de lutte contre les VBG et pratiques néfastes. Le renforcement des capacités de 300 chefs leadeurs traditionnels, 300 responsables religieux, 250 leaders communautaires, 220 défenseurs des droits humains, 30 acteurs gouvernementaux et 30 parlementaires à s’approprier du cadre juridique sur les VBG, pratiques néfastes. La mise en place d’une coalition nationale des chefs traditionnels, religieux, communautaires et défenseurs des droits humains pour le suivi du cadre législatif sur les VBG et pratiques néfastes. La mise en place de 3 coalitions régionales des chefs traditionnels, religieux, communautaires et défenseurs des droits humains pour le suivi du cadre législatif sur les VBG et pratiques néfastes à Sikasso, Koulikoro et Kayes. A précisé Amadou Konaté

Somme toute, ce projet d’amélioration du cadre législatif et politique sur les violences basées sur le genre, les pratiques néfastes et de protection contre le COVID-19 sera exécuté à Bamako et dans les régions de Sikasso, Kayes et Koulikoro.
Bocar Napo