14 août 2022

MALI-LUTTE CONTRE LE TERRORISME « ESPACE LIPTAKO – GOURMA » : Les femmes et les jeunes sont des couches indispensables pour le retour de la paix

MALI-LUTTE CONTRE LE TERRORISME « ESPACE LIPTAKO – GOURMA » : Les femmes et les jeunes sont des couches indispensables pour le retour de la paix
L’ouverture d’initiative de transformation des conflits et la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violant sous le thème « Expérience et bonnes pratiques des femmes et des jeunes dans le Liptako-Gourma » est tenu, ce lundi 26 octobre 2020, à l’Ecole de Maintien de la Paix Alioune Blondin Baye (EMP-ABB). Ce séminaire qui regroupe 64 participants (femmes et jeunes) venant dans les trois pays à savoir le Niger, le Bourkina Faso et le Mali, retrouvant dans l’espace de liptako-gourma, durera trois jours. La rencontre a été présidée par le ministre de la promotion de femme de l’enfant et de la famille, Mme Bintou Founé Samaké.
La région de liptako-gourma a enregistré plusieurs attaques des forces obscurantistes (terroristes), aucun de ces trois pays n’était épargné par la force du mal. Les femmes et des jeunes jouent un grand rôle dans l’apaisement du climat de l’insécurité dans ces trois frontières, Bourkina Faso-Niger-Mali, qui est appelées liptako-gourma. Mais cette implication fortes de ces couches est souvent très moins visible. « Les femmes et les jeunes ont un rôle essentiel, vital même dans le retour de la paix à l’espace Liptako-gourma. Ils jouent aussi un rôle prépondérant pour le retour de la paix et le maintien de la cohésion des communautés en Afrique, mais que malheureusement la plupart de leurs initiatives demeurent invisibles » a lancé Mme Samaké Adja Ténédié Samaké, coordinatrice de séminaire.
Ensuite elle dira que, Même si elles sont les principales victimes des conflits, l’apport et le potentiel des femmes dans la prévention et la résolution des conflits au Mali, Niger et au Bourkina Faso sont mal connus et peu documentés, alors qu’elles ont joué un rôle déterminant autant sur le plan local, national et international.
Par ailleurs, plusieurs études ont montrées le rôle que jouent les femmes dans la prévention et la résolution des conflits comme dans la promotion de culture de la paix en s’appuyant souvent même sur des méthodes traditionnelles.
« Malgré tous ces efforts, les initiatives des femmes restent trop souvent ignorées et marginalisés dans les processus d’établissement de la paix et de reconstruction post-conflit » a-t-elle imploré
Avant de nouer une note d’espoir en ces termes «  Nous attendons après ce séminaire la visibilité et une reconnaissance de tous ces efforts des femmes et jeunes ».
Selon le ministre de la promotion de femme de l’enfant et de la famille, Mme Bintou Founé Samaké, s’il est vrai que les communautés subissent, toutes entières, les conséquences des conflits armés et du terrorisme, il est tout aussi vrai que les femmes et les jeunes, sont particulièrement les plus touchés, en raison de leur place dans la société et leur vulnérabilité. Malgré leur victimisation, les femmes et les jeunes jouent un rôle décisif dans cette prévention, à travers la promotion de la tolérance et de la non-violence. « Ne dit-on pas que les femmes sont la première école de la vie » ? S’interroge madame le ministre Bintou Founé.
Avant de conclure que l’objectif principal de ce séminaire, est de faciliter une meilleure connaissance, et la valorisation des expériences et bonnes pratiques, des femmes et des jeunes dans la transformation des conflits, et la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violant dans le liptako-gourma.
Amadou Sala Touré