24 juin 2022

MALI : Société Malienne de Transmission et de Diffusion

« Un taux de réalisation de 75% des activités au courant  2020 » dixit Mme Daou Fatoumata Guindo.

Les travaux de la 8ème session ordinaire du conseil d’administration de la Société Malienne de Transmission et de Diffusion (SMTD)  ont eu lieu, le lundi 21 décembre 2020, à l’hôtel Salam. La cérémonie a été présidée par Mme Daou Fatoumata Guindo qui avait à ses côtés le Directeur général de la SMTD, M. SamaïlaTogola, le DG de l’ORTM, M. Salif Sanogo et de nombreux administrateurs. Cette cérémonie avait  comme objectif de valider le projet de budget 2021.

Dans son intervention la PCA, Daou Fatoumata  Guindo a jugé éloquent la réalisation des activités de la SMTD au  titre de l’année 2020 malgré la pandémie à coronavirus en ces termes : « Durant l’année 2020 en dépit de la covid-19 la SMTD S.A en tant que société d’Etat chargée du développement des infrastructures de télécommunication, de transmission et de diffusion, a un programme TV FM a exécuté d’importantes activités concourant  pour l’atteinte de certains objectifs qui ont été fixés par le conseil d’administration. » il s’agit, notamment le démarrage effectif du programme du projet relatif au déploiement de la télévision numérique terrestre communément appelé la TNT, interconnexion des sites de  la cellule d’appui et l’information des services fiscaux et financiers dont 23/25 sont déjà opérationnels a-t-elle signalé.

En effet, dans l’exécution du programme d’activités 2020 dit-elle a permis à la SMTD S.A de réaliser un chiffre d’affaires de 6 416 363 347 de FCFA contre une prévision de 8 489 854 505 soit un taux de réalisation de 75, 74%.

Pour sa part, le Directeur général de ladite structure, M. SmaïlaTogola n’a pas manqué de faire point sur certaines difficultés rencontrées dans l’exercice des activités courant 2020. Selon ses propos, ces difficultés sont liées souvent aux problèmes de recouvrement de certaines de leurs créances sur l’Etat ainsi que la concurrence sur le terrain : « comme vous le savez, nous ne sommes pas les seuls à notre secteur, donc cela veut dire qu’il faut beaucoup d’improvisations pour pouvoir gagner les parts des marchés », a-t-il martelé.

Sitan Koné