14 août 2022

Mali : Trois organisations internationales dévouées pour la cause féminine !

Mali : Trois organisations internationales dévouées pour la cause féminine !

Ce mercredi 28 Octobre 2020, se sont réunis à l’hôtel Sheraton de Bamako, le PNUD, WANEP et la CEDEAO et leurs partenaires lancent un projet sensible au genre en vue d’une Gouvernance inclusive et d’une transition pacifique. Les trois partenaires joignent leurs efforts pour accélérer l’agenda femme, paix et de sécurité dans le Sahel. une cinquantaine de participants en provenance de plusieurs pays de la CEDEAO pour le lancement officiel de haut niveau du projet financé par le PNUD et intitulé : “Bâtir une Approche Inclusive de Relance post Covid-19, de Sortie de Crise et de Réformes de la Gouvernance au Sahel. L’événement fut présidé par l’honorable Iva Denoo, chargée d’affaires de l’ambassade du Ghana au Mali et en présence de personnalités telles que Son Excellence Finda Koroma, Vice-Présidente de la CEDEAO.

Financé à hauteur de 1,5 millions de dollars par le bureau régional pour l’Afrique du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), ce projet est une initiative conjointe du Réseau Ouest Africain pour l’Édification de la Paix (WANEP), de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et du PNUD. II vise à renforcer les systèmes et les structures qui autonomisent les femmes aux niveaux local et national en tant que prenantes essentielles de la gouvernance et des transitions politiques au Mali, en Côte d’Ivoire, au Niger et au Burkina Faso.

En prélude au lancement du projet, le Comité Régional de Travail, a tenu sous les auspices de la Vice-Présidente de la CEDEAO, son Excellence Madame Finda Koroma, sa première réunion le 27 octobre 2020. La séance de travail a connu la participation des représentants de l’équipe projet du bureau régional de WANEP et ses bureaux nationaux, les représentants de la CEDEAO et du PNUD impliqués dans la mise en œuvre du projet.

Pour la vice présidente de la CEDEAO Madame Finda Koroma, cette session de travail a permis de définir les modalités de mise en œuvre du projet ainsi que de valider les outils de suivi-évaluation du projet afin d’en garantir le succès.

Le projet « Bâtir une Approche Inclusive de Relance post Covid-19, de sortie de Crise et de Réformes de la Gouvernance au Sahel » repose sur une théorie de changement qui soutient que si la “gouvernance inclusive est renforcée et que les considérations socio-économiques sont prioritaires pour les groupes vulnérables au niveau national, alors la résilience communautaire sera plus durable, la paix et le développement seront consolidés, et la cohésion sociale sera maintenue au Sahel et par extension, dans l’ensemble de la région de la CEDEAO. A expliqué Madame Finda koroma.
WANEP et ses partenaires dans le cadre du projet, reconnaissent que les femmes devraient être activement engagées dans les processus de prise de décision, participer aux transitions politiques et participer activement dans les processus de réconciliation nationale. Le projet se justifie en outre par l’insécurité, les crises socio-économiques et humanitaires qui prévalent dans les pays du Sahel, renforcées par l’impact de la pandémie de COVID-19 et la récente crise malienne, qui constitue une menace supplémentaire pour le système politique et la sécurité des pays voisins comme le Niger, le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire déjà fragilisés par les agitations internes.
Selon Madame Finda Koroma, les questions de sécurité et de crises politiques révèlent les défis complexes et multidimensionnelle qui menacent la paix, la stabilité et le développement dans toute la région, avec des implications sur le bien-être de la société à tous les niveaux, en particulier sur les femmes qui souffrent depuis longtemps d’inégalités sociales inter-sectionnelles.

De toute évidence, le projet « Bâtir une Approche Inclusive de Relance post Covid-19, de Sortie de Crise et de Réformes de la Gouvernance au Sahel » vise donc à : Mobiliser et créer des plateformes pour des actions collectives des femmes et pour leur contribution à la gouvernance et aux transitions politiques; Accroître la participation des femmes aux processus électoraux et contribuer à la réduction de la violence électorale; Faciliter l’engagement des femmes dans les dialogues visant l’influence des politiques; Accompagner les femmes pour la mise en œuvre de réponses stratégiques à impacts positifs; Promouvoir le plaidoyer axé sur les recherches factuelle.

Bocar Napo